La Salle


La Boule Noire - Paris -
  • La Boule Noire - Paris -
  • La Boule Noire - Paris -
  • La Boule Noire - Paris -
  • La Boule Noire - Paris -
  • La Boule Noire - Paris -

Historique

Fondée en 1822 dans le village de Montmartre, La Boule Noire est alors une goguette. On s’y réunit en petits groupes pour réciter des poèmes, faire du théâtre, donner des bals ou « Pousser son cri ». L’essentiel étant de se détendre, partager, boire un verre et s’amuser ! Pour attirer les foules vers un si bel avenir, le portique de l’entrée est surmonté d’une boule de verre éclairée servant d’enseigne. Avec le temps et la saleté, la boule blanche qui devient noire donne son nom à l’établissement.

En 1887, la goguette se transforme en bal et devient La Cigale. Pour autant la Boule Noire ne disparaît pas, bien au contraire. Son âme de bastion rigolard et rebelle se réfugie dans le bar qui s’étire le long de l’enceinte. Entre cabaret, salle de danse et salle de concert, l’esprit goguenard de la Boule Noire traverse les âges sans fléchir.

Aujourd’hui, les mélodies brutes en sous-sol diffusent un parfum convivial et écorché. Entre éclairages intimistes et boiseries étroites, le public se resserre près des artistes. Les plus grands noms s’y retrouvent : Phoenix, Gossip, Les Rita Mitsouko, The dandy Warhols, Metallica, Cat Power, Franz Ferdinand, Manu Chao sont trop heureux de se ressourcer sur cette scène intimiste. D’autres groupes plus confidentiels en profitent pour éclore : Justice, Selah Sue, Bloc Party, Two Door Cinema Club, Cocoon, Yael Naim, M83, Asa, BB Brunes… Dans les deux cas, le public est là pour ces nouveaux départs. On trinque, on rigole, on « pousse son cri ». La scène affleure la foule, public et artistes se mélangent. Les yeux ne comprennent plus, mais peu importe. Car on ne vient pas lire l’avenir à la Boule Noire, on vient l’écouter.