Suite aux mesures prises liées au COVID-19, tous nos évènements sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, nous vous tiendrons informés de leur report ou de leur annulation très prochainement. Merci de privilégier nos réseaux sociaux et le site afin de vous tenir informer et de ne pas saturer notre standard. Merci de votre compréhension, à très vite.

adazedazedaze
vendredi 15 mai 2020
20:00

LE BEAU FESTIVAL : Michelle Blades / Palberta / Good Morning TV

13.00 €

RÉSERVER

"Comme un petit rayon de soleil printanier auquel on ne croyait plus au milieu d’un hiver sans fin, Le Beau Festival revient pour une quatrième édition !
Cette année c’est à la Boule Noire et à la Station - Gare des Mines que la programmation du Beauf’ pose ses valises."

 

MICHELLE BLADES

 

Autodidacte, prolifique et touche-à-tout, Michelle Blades révèle une discographie aux sonorités multiples à l’image d’une vie nomade passée entre le Panama, où elle est née; le Mexique, terre de sa famille maternelle, la Floride où elle a trouvé refuge fuyant la dictature de Manuel Noriega, l’Arizona où la jeune femme s’imprègne d’une culture underground et alternative, la France depuis presque dix ans.

 

PALBERTA

 

Pas facile de décrire un groupe qui se définit par « You wanna wabbada? Wap wap wap dabbada? You see that mabada? ding ding dack dabbada? Swooopswap yea bb yea » On peut tout de même dire de Palberta qu’elles proposent depuis plusieurs années le meilleur de la scène lo-fi pop de la côte Est avec leurs compositions déstructurées et DIY.

 

GOOD MORNING TV

 

Après deux ans d’écriture, le quatuor s’isole dans une paisible maison en pierre du sud de la France afin de coucher sur bandes leur premier album. C’est ici qu’ils vont aménager un studio précaire aux airs de laboratoire. De quelques incantations et beaucoup d’huile de coude naitra prochainement ce premier album. Un opus singulier à la production contemporaine, traversé par un songwriting aventureux qui fait la part belle aux refrains immédiats. Avec ce disque, Good Morning TV dépeint la douce mélancolie d’un quotidien désabusé, et propose ici sa propre ré-interprétation de la pop, quelque part entre Broadcast, Deerhoof ou encore The Olivia Tremor Control.